Il est moins cher de créer des emplois dans l'économie sociale que de ne rien faire.

Alors que la guerre en Ukraine et le climat de plus en plus extrême rendent nos aliments plus chers, de grandes quantités d’aliments parfaitement comestibles sont perdues quotidiennement tout au long de la chaîne alimentaire. 

Pour addresser ce problème alimentaire, dix partenaires du Royaume-Uni, de France et de Belgique ont pris part au projet FLAVOUR de l’UE (Interreg) entre 2019 et 2022. Dans le cadre de ce projet, ils ont cherché de nouvelles façons de réévaluer la nourriture et de créer simultanément des emplois pour les personnes de l’économie sociale (vidéo).

En septembre, les partenaires ont conclu le projet à Bruxelles avec des chiffres étonnants. Grâce au travail de VIVES Hogeschool et de Plymouth Marjon University, nous avons découvert que le projet a créé plus de 100 millions d’euros de retours sociaux entre 2019 et 2022.

VIVES et l’université de Plymouth Marjon ont calculé le Social Return on Investment (SROI) à l’aide du Social Value Engine, conçu par la Social Value Team du Yorkshire. Cette méthode vous permet de calculer une valeur monétaire pour les bénéfices sociaux résultant de vos activités.  

Ces avantages sociaux se manifestent de plusieurs manières : les personnes qui peinent à trouver un emploi acquièrent des compétences professionnelles tout en luttant contre le gaspillage alimentaire. Ce faisant, elles gagnent en confiance en elles-mêmes et deviennent plus actives au sein de leur communauté, ce qui entraîne une diminution de l’isolement social, etc.

Ces chiffres montrent l’importance d’une économie sociale inclusive. Il est moins coûteux pour la société de donner un emploi aux gens que de ne rien faire. Le projet montre également que nous devons faire plus attention à la nourriture. Non seulement parce que c’est bon pour le climat, mais aussi parce que cela a un impact social positif.

Pour plus d’informations, consultez https://www.socialvalueengine.com/.